Date:février 10, 2016

L’orgue de Rocamadour

EN QUELQUES MOTS

> L’orgue de la Basilique Saint-Sauveur de Rocamadour a été construit en 2013 par Jean Daldosso.

> Il a été conçu comme une proue de bateau rappelant ainsi le lien intime qui lie Rocamadour aux marins.

> 21 jeux
portent une esthétique baroque allemande permettant de jouer les plus grands noms de la musique.
HISTOIRE

> Les premières traces historiques d’un orgue à Rocamadour remontent au XVIIe siècle. En effet, d’après le « répertoire des travaux des facteurs d’orgues » de Jean Martinot, le facteur d’orgues Claude Guillemain avait été choisi pour construire l’instrument de la collégiale. Il réalisera le chantier en 1640.  Cet homme était sans doute un facteur d’orgue régional, car il avait été choisi pour Villefranche-de-Rouergue (1626),  Rodez en 1627 (projet non abouti), Loc-Dieu en 1645 … Malheureusement, nous ne possédons aucune autre information à son sujet, ni même sur ce qu’il est advenu de l’instrument de Rocamadour…

> En 1928, Monseigneur Joseph Cros, supérieur du pèlerinage, passe commande d’un orgue à la manufacture d’orgues Théodore Puget, père et fils de Toulouse. C’est Maurice Puget, quatrième de la génération, qui réalise alors l’instrument pour la somme de 48 323,90 francs. Le livre des travaux de la maison Puget nous indique que la soufflerie était « électrique », élément remarquable pour l’époque.  Le buffet en chêne avait pour dimensions  4,50 mètres de haut, 3,50 mètres de large, 1,15 mètre de profondeur. La console était face à l’assemblée. Il possédait deux claviers manuels de 56 notes en ivoire et ébène, un pédalier incurvé 30 notes, une transmission pneumatique. Enfin, le sommier était en chêne. L’orgue de la basilique était placé sur une tribune dans le prolongement de l’actuelle première tribune mais à un niveau légèrement inférieur si bien que le sommet du buffet se trouvait à la hauteur du vitrail au dessus du grand Christ du XVIe siècle.

>
L’orgue Puget a fonctionné jusqu’en 1970
, date où les monuments historiques entreprennent la restauration de la basilique. L’orgue change alors de place. Pour cela, il est totalement démonté. Malheureusement, le buffet de Puget a disparu à cette époque pour faire place à un buffet moderne avec une façade de tuyaux dorés muets pour faire le pendant avec l’ancien maître autel de la basilique (autel du retable de la chapelle sainte Anne).

>
En 1979
,  le recteur des sanctuaires et l’association diocésaine de Cahors décident d’une restauration « sonore » de l’orgue et confient ce travail de réharmonisation à Paul Manuel qui transforme l’instrument. Ces travaux étaient nécessaires car depuis le déplacement de l’instrument, la tuyauterie sonnait métallique et l’orgue ne tenait pas l’accord ! Cette restauration d’une durée de six mois a coûté à l’époque 80 000 francs.

>
En 2007
, la volonté de construire un nouvel instrument plus digne pour le sanctuaire de Rocamadour implique le démontage de l’orgue pour faire place à un nouvel instrument de choix. En 2010, une commission nommée par Monseigneur Norbert Turini choisit le facteur Jean Daldosso pour réaliser ce projet à l’échelle de ce sanctuaire, où « rien n’est impossible à Dieu ».

Sources : 
-MARTINOT Jean : Répertoire des travaux des facteurs d’orgues
-BRUGOUX Jacques : Documents sur l’orgue de Rocamadour
-Livre des travaux de la manufacture Puget
Merci à Franck Besingrand, Christophe des Longchamps et Jean-Claude Guidarini pour leur précieuse aide. 
COMPOSITION 
I et II claviers 56 notes
jeux baladeurs
Montre 8
Viole de Gambe 8
Flûte à cheminée 8
Flûte ouverte 8
Prestant 4
Salicet 4
Flûte 4
Doublette 2
Flûte 2
Nasard 2 2/3
Fourniture IV rangs
Cymbale III rangs
Sesquialtera II rangs
Dulziane 16
Trompette 8
Voix humaine 8
Pédalier
Bourdon 16
Principale 8
Basse 8
Octave 4
Trombone 16
Tirasse I en 8
Tirasse II 8
Tirasse II 4
Accouplement
Tremblant